La relance pour les nuls

Shadoks    Il y a un peu plus d’un an maintenant, François Hollande est arrivé au pouvoir avec des promesses plein la besace. Parmi celles-ci, l’assurance de réduire les déficits et de revenir à l’équilibre via une politique plus « juste » que celle de son prédécesseur. Un robin des bois moderne qui volerait aux uns pour donner aux autres. Et, comme dans le conte, les méchants riches seraient mis à contribution pour soulager les plus humbles. Seulement voilà, les riches se sont soit envolés vers des cieux fiscaux plus cléments, soit refusent de rester plus longtemps les vaches à lait de l’hexagone.

     Que faire alors ? Mais la réponse est évidente ! On garde le même principe sauf qu’au lieu de taxer les riches, et bien on taxe ceux qui restent. Au jeu du « redressement » économique, il semble que le président Hollande ait choisi sa stratégie : augmenter les impôts qui touchent les forces vives de la Nation au lieu de diminuer les dépenses. Diminuer les dépenses ? Pas exactement. Il y a peu, le rapport sur la modernisation de l’action publique, id est la planification des grandes coupes budgétaires dans les dépenses inutiles, est paru. Et, surprise, la moitié de ce qu’il propose est une nouvelle augmentation d’impôts. Nous sommes loin de la promesse de ne plus les augmenter après 2013. Quant à l’autre moitié, ce sont bel et bien des baisses des dépenses. Ce qui est problématique, c’est que ce ne sont pas les bonnes : abaissement  du quotient familial, modulation des allocations familiales touchant ainsi l’une des plus grandes forces actuelles de notre pays, la politique familiale et nataliste ; suppression de la niche fiscale relative au remboursement du gazole pour les agriculteurs ; suppression de 20 000  postes dans l’armée, qui a quelque peu prouvé son utilité et sa performance en Libye, en Côte d’Ivoire et encore plus récemment au Mali ; baisse de 20% de l’aide à l’apprentissage, à l’heure où chacun s’accorde à dire qu’il peut être une solution à l’échec scolaire de milliers d’étudiants…

     Et d’un autre côté, les dotations aux collectivités territoriales sont maintenues et non plus augmentées. Une première me direz-vous. Puis un projet de loi sur l’immigration contenant un volet asile et un large plan de financement des structures d’accueil d’étrangers ; les subventions directes aux buralistes et taxis épargnées, achetant ainsi à grand frais le soutien de puissantes fédérations de métiers ; le régime des contrôleurs aériens maintenu, évitant ainsi la confrontation ; un projet de loi durcissant les licenciements boursiers, une aberration juste après le vote d’une loi de flexibilisation du marché du travail…

     Mitterrand voulait en son temps « changer la vie », Hollande quant à lui veut nous la simplifier. Pourrait on lui suggérer qu’il nous foute simplement la paix ?

Torque (P.G.)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s